Informations VIH

On sait :

  • Comment le virus du sida (VIH) se transmet,
  • Ce qu’il faut faire pour l’éviter,
  • Dépister la présence du virus,
  • Soulager les personnes atteintes, leur donner des soins efficaces qui permettent de prolonger la durée de la vie

Mais on ne sait pas :

Les guérir définitivement du sida.

Il est donc TOUJOURS nécessaire de se protéger.

Comment éviter d’être contaminé par le virus du sida ?

Lors de rapports sexuels :

  • Le préservatif est le seul moyen de se protéger lors de rapports sexuels.
  • Le préservatif protège à la fois contre l’infection par le VIH et contre les infections sexuellement transmissibles (IST).
  • Le préservatif est également un moyen de contraception : il permet d’éviter les grossesses non désirées.
  • Un préservatif ne doit servir qu’une seule fois.

Si on se sert de seringues et d’aiguilles :

  • Si on est usager de drogues par voie intraveineuse, il faut utiliser uniquement son matériel personnel : ne partager ni aiguille, ni seringue, ni eau, ni cuillère, ni produit, ni filtre.
  • Une seringue ne doit servir qu’une fois.

 

Accidents et défaillances dans les pratiques de prévention

Il peut arriver des accidents et des défaillances dans les pratiques habituelles de prévention :

  • relation sexuelle sans avoir pu utiliser de préservatif,
  • rupture ou glissement du préservatif,
  • partage du matériel d’injection lors d’un usage de drogues,
  • piqûre ou coupure accidentelle avec un objet souillé de sang contaminé.

Il faut alors se rendre le plus rapidement possible aux urgences de l’hôpital le plus proche (idéalement dans les 4 h qui suivent la prise de risque ou, au plus tard, 48 heures après).

Un médecin examinera avec vous la situation et vous conseillera. Selon ce que vous savez de votre partenaire et selon ce qui s’est passé, un traitement préventif d’urgence, destiné à tenter d’éviter qu’il y ait contamination par le VIH, pourra être prescrit.

Il n’y a pas que le sida :

  • La plupart des infections sexuellement transmissibles (IST), si elles ne sont pas soignées, peuvent avoir des conséquences graves sur la santé, telles que la stérilité.
  • Mais elles peuvent aussi être traitées et guéries.
  • Les IST se transmettent au moment d’un rapport sexuel non protégé.

Le dépistage est utile pour connaître son statut vis-à-vis du sida, mais aussi d’autres infections sexuellement transmissibles, voire de maladies contagieuses par le sang. Certaines IST sont en recrudescence : blennorragies, syphilis, les hépatites, les infections à chlamydia, l’HPV (papillomavirus) associé au cancer du col de l’utérus, …

Cela signifie qu’il y a un véritable relâchement dans nos attitudes préventives.

Le dépistage, c’est le moyen de faire le point sur ses pratiques et ses comportements.

  • incitation au dépistage avant l’arrêt du préservatif
  • recommandation de la HAS (Haute autorité de Santé) : test à 6 semaines après le dernier risque de transmission du VIH
  • Le fait d’avoir une IST favorise la transmission du VIH.
  • Si l’on a contracté une IST il faut pratiquer le test de dépistage du VIH.

Dans tous les cas, il faut se protéger !

Situations à risque

Le risque de contamination par le VIH et d’autres IST est encore plus grand en pratique :

  • au cours du 1er rapport sexuel
  • lors des règles de la femme.

Et selon le type de comportement, par exemple :

  • Si le rapport s’accompagne de violence, ce qui peut provoquer des lésions, même invisibles
  • Si l’un des partenaires est porteur d’une maladie sexuellement transmissible.
  • L’abus de drogues ou d’alcool peut diminuer la vigilance et faire ainsi oublier l’usage du préservatif ou faciliter une relation qui n’aurait pas eu lieu autrement.

 

De la mère séropositive enceinte à l’enfant qu’elle porte, quel est le risque que l’enfant soit atteint ?

Le risque de transmission du VIH à l’enfant pour une femme séropositive qui ne prend pas de traitement est de 20%. En revanche, pour les femmes suivies par des équipes médicales spécialisées et prenant un traitement anti-VIH, le risque n’est plus que de 1 à 2%.

Traitement du nouveau-né

Pour diminuer les risques de transmission à l’enfant, il est recommandé de lui donner un traitement anti-VIH dans les heures qui suivent la naissance et ce pendant 6 semaines.

Allaitement

Le lait maternel peut transmettre le VIH à l’enfant. Il est impératif de nourrir l’enfant au biberon et non au sein pour éviter tout risque de transmission du VIH de la mère à l’enfant.


 

 

Pour toute question

Appelez SIDA INFO SERVICE au 0800 840 800 (appel anonyme et gratuit 24 h/24)

Consultez le site SIDA INFO SERVICE

Consultez le site de la mairie de Paris : centres de dépistage anonyme et gratuit

Back to Top